Imprimer
Affichages : 15593

Notre conception de la Vie Autonome
L’association Coordination Handicap et Autonomie défend la mise en place d’une véritable autonomie pour les personnes en situation de handicap.
La CHA s’inspire et partage les principes du Mouvement pour la Vie Autonome (VA), ou Independent Living, qui prend ses racines dans les années 1960 aux Etats-Unis, au sein du milieu universitaire. Il est fondé en tant que tel en Californie par un groupe d’étudiants en situation de handicap, refusant de vivre en institution spécialisée. Ce groupe créé alors un système autogéré de services aux personnes en situation de handicap : défense des droits, service de transport, de santé, recherche de logements adaptés. La gestion de ces services est assurée par les personnes dépendantes elles-mêmes, partant du principe qu’elles connaissent leurs besoins et peuvent définir en conséquence les services appropriés. C’est le premier Centre Ressources pour la Vie Autonome. De nombreux centres ont depuis vu le jour dans le pays et au-delà des frontières, notamment au Canada.
Ce mouvement a pris le contre-pied de l’approche dominante de l’époque qui était celle de la réadaptation. La vie autonome a contribué à renouveler le cadre d’analyse du handicap, en cherchant les causes de celui-ci dans la structure sociale plutôt que dans la personne elle-même et sa « déficience avérée ». La perte d’autonomie sensorielle ou physique n’est pas en soi génératrice d’un désavantage social, mais c’est plutôt l’absence d’aménagements de la société qui empêche les personnes d’exprimer leurs potentialités. Un courant de recherches conséquent s’est ainsi développé, qui a permis l’évolution de la perception du handicap et l’adoption de la classification actuelle.

Le mouvement pour la vie autonome soutient plusieurs principes :

C’est le respect de ces principes qui permet à la personne en situation de handicap de développer son autonomie et de passer d’objet de soins à sujet d’attentions, d’objet de classifications à sujet singulier, de personne vulnérable à sujet responsable.
Le Mouvement pour la Vie Autonome défend ainsi la conception d’une société « d’accessibilité généralisée », une société plus consciente des forces et faiblesses de chacun, où les obstacles architecturaux, communicationnels mais surtout culturels seraient réduits au maximum. Il ne s’agit pas de nier les limitations que chaque personne en situation de dépendance peut connaître, mais d’aménager un environnement où la personne puisse développer toute son autonomie à partir de ses aptitudes et malgré ses limitations.
La Vie Autonome est bien plus qu’une philosophie, c’est un « mode de vie » par lequel les personnes handicapées, malgré les barrières encore existantes, sont libres et responsables d’envisager différents choix de vie possibles, de faire des erreurs, de connaître des échecs, en un mot d’assumer leurs propres choix.
La CHA s’inscrit pleinement dans ces valeurs. L’origine de sa création n’est autre qu’un combat mené pour obtenir une assistance personnelle à hauteur des besoins réels et propres à chaque personne. La CHA considère ainsi que l’autonomie ne peut se concrétiser que si les moyens humains, financiers, techniques et environnementaux sont réellement mis en place.
L’association défend en particulier une éthique de l’accompagnement humain plus respectueux des aspirations exprimées par les personnes en situation de dépendance.
La « présence à l’autre » illustre la conception défendue par l’association. L’accompagnement, en tant que pratique professionnelle, mais aussi plus largement, repose avant tout sur un savoir-être : savoir être à l’écoute de la personne, être attentif à sa demande, savoir respecter son rythme. L’accompagnement, dans cette perspective, est tout le contraire de l’assistanat, qui prive la personne du contrôle des gestes effectués à sa place et en particulier sur son corps. L’accompagnement ne se résume pas à des gestes techniques standardisés mais permet justement à la personne dite «dépendante» de retrouver toute son autonomie de décision, d’être pleinement dans la vie sociale et d’exercer son rôle de citoyen. La CHA considère que l’accompagnement humain est une profession à part entière, que tout un chacun n’est pas prêt à assumer et qui nécessite une formation appropriée, une sensibilisation approfondie à la «présence à l’autre».
L’association ne cherche pas à accuser les aidants professionnels actuels, elle constate que ces derniers ne sont pas suffisamment formés aux spécificités de l’accompagnement et milite pour une «humanisation» des pratiques.
La concrétisation d’un tel accompagnement ne peut se faire que si les personnes disposent de ressources financières suffisantes, afin d’avoir les moyens d’assumer leur choix de vie, en particulier lorsqu’elles souhaitent vivre à domicile.
L’objectif de la CHA n’est pas la désinstitutionnalisation systématique et immédiate, elle milite pour que la vie dans ces établissements cesse d’être une contrainte et un choix par défaut, dû à l’absence de moyens humains et financiers pour vivre à domicile. L’association soutient que les institutions spécialisées gagneraient à s’ouvrir sur l’extérieur, à être des espaces ouverts sur la cité, afin que la personne puisse pleinement assumer ses responsabilités ainsi que ses devoirs de participation à la vie citoyenne.
De même, la vie à domicile ne doit pas être synonyme d’isolement mais au contraire offrir à  la personne la possibilité d’organiser sa vie en fonction de ses désirs et de ses priorités.
La CHA s’est ainsi constituée pour défendre la possibilité d’une autonomie digne de ce nom pour les personnes «autrement capables», une autonomie qui ne se résume pas à la simple satisfaction des besoins vitaux de la personne. L’accès à l’autonomie doit s’inscrire dans une interaction avec le monde environnant, dans ses dimensions sociales, économiques, culturelles et citoyennes.