Contenu principal

Message d'alerte

Des parents d'enfants polyhandicapés / handicapés se sont regroupés en un collectif de revendication.
La CHA relais leur lettre aux candidats à la Présidence. Lire et diffusez la lettre...

La CHA adresse une lettre ouverte au Président de la République pour constater et dénoncer les politiques exercées qui conduisent depuis 10 ans, et a fortiori depuis 3 ans, qui conduisent à la multiplication de nouvelles situations de handicap dans certains cas, ou à leur aggravation dans d'autres cas. Lire la lettre ouverte…

A l'occasion du Comité interministériel du handicap du 2 décembre la CHA est co-signataire du communiqué de presse et l'état des lieux sur la situation du handicap.

Le 6 août 2015, l'Assemblée Nationale ratifiait l'Ordonnance du 26 septembre 2014 en matière d'accessibilité du cadre bâti et des transports à la quasi-unanimité : les socialistes (PS), les radicaux de gauche (PRG), les centristes (UDI et MODEM), et la droite extrême (FN) approuvant comme un seul homme la remise en cause officielle des textes antérieurs sur le sujet, tandis que la droite (LR, ex-UMP) se réfugiait dans une « abstention bienveillante » et les écologistes (EELV) dans une « abstention vigilante » ! Seuls les députés du front de gauche (PC), prenant en compte les analyses du Mouvement associatif mobilisé, votaient contre cette loi de ratification Ce alors même que les premières conséquences désastreuses de son application apparaissaient déjà au terme des 10 mois écoulés !
Rien n'est perdu.
Suite aux différents recours préparés par quelques militants décidés entraînant derrière eux plusieurs Associations, le Conseil d'État a annulé différentes dispositions régressives des textes réglementaires de mars 2014 et décembre 2014. À l'évidence, d'autres succès seront obtenus auprès de la Haute Juridiction.
Mais cela ne suffit pas !

Lisez et partager la 2ème lettre de COMBAT!

COMMUNIQUE DE PRESSE -  2 MAI 2016

Alerte pour les personnes handicapées !

 

A partir du 30 Avril, les personnes handicapées qui emploient un ou plusieurs salariés pour vivre à leur domicile vont devoir avancer les augmentations de salaires et de cotisations sociales signés par les partenaires sociaux et étendus par l’Etat le 18 mars faute de coordination avec les départements !